Ensemble pour investir dans nos territoires tel est l’objectif de l’ADEL (Alliance Diaspora – Économies locales) en partenariat avec INEDIT (Initiative de l’émergence de la Diaspora et de l’Investissement dans les Territoires) à travers le CIDEL réunis en séminaire d’information et de partage à Kaolack. Oumar Wade Coordonnateur du Groupe Initiative pour l’émergence de la diaspora et des investissements dans les territoires revient sur le sens de ce mécanisme de financement.

Dakar, 20 janvier – Le Club d’investissement Diaspora Économie Locale constitue une véritable révolution dans le monde de la finance a révélé samedi le Secrétaire général du Conseil départemental de Saint louis. Hamath Dia présidait la journée d’échanges sur les opportunités de financement et d’investissement qu’offre la société ADEL SAS à travers les CIDEL.

« Avec le CIDEL, nous allons certainement créer des entreprises et les gens ne vont plus besoin de faire recours à des systèmes financiers qui ne sont pas forcément adaptés à la taille et à la capacité de nos entrepreneurs » a t-il dit.

Il a ainsi démontré l’importance de cette initiative pour accompagner le développement de la région de Saint louis, en donnant aux différents acteurs la possibilité de se retrouver, d’épargner et in fine d’investir sur des projets porteurs.

Pour sa part, l’administrateur général de ADEL SAS, Oumar Wade, est revenu sur l’importance de cette rencontre qui constitue une étape dans la série de rencontres organisées en partenariat avec CGF Bourse et UNCDF dans le but de promouvoir les mécanismes de financement alternatif pour accompagner le développement territorial.

« Un des mécanismes que ADEL.sas est entrain de promouvoir est le Club d’investissement. Un Club d’investissement permet aux sénégalais de pouvoir constituer un portefeuille de valeurs mobilières, d’avoir des actifs et d’être connectés au marché financier » a t-il précisé.

Pour rappel, cette activité entre dans le cadre de la mise en œuvre du Projet INEDIT (Initiative pour l’Emergence de la Diaspora et des Investissements dans les Territoires) développé par ADEL – SAS et soutenu par l’UNCDF. Le Projet INEDIT a pour objectif de développer d’une part un véhicule d’épargne par la Bourse  ciblant à la fois les Sénégalais vivant dans le pays et ceux des communautés de la diaspora pour renforcer leur engagement dans le développement local et d’autre part un fonds d’investissement dédié aux projets des territoires.

Cette première rencontre, organisée en partenariat avec l’Agence Régionale de Développement de Saint louis, a enregistré la présence de chefs d’entreprise, fonctionnaires et autres acteurs territoriaux.

Les acteurs sensibilisés sur les opportunités et avantages des Clubs d’investissement.

Le relèvement du niveau d’éducation financière des populations est primordial pour pouvoir aller vers l’émergence économique du Sénégal. C’est la conviction du Secrétaire général du Club investissement diaspora économie locale, Oumar Wade qui prenait part, à Saint-Louis, à une rencontre d’échanges sur les opportunités de financement et d’investissement de l’Alliance diaspora économie locale (Adel).
L’un des objectifs d’un Club d’investissement diaspora économie locale, c’est de pouvoir mobiliser l’épargne, l’information et l’éducation financière dans le but de mieux gérer un portefeuille commun de valeurs mobilières. Et c’est dans ce sens d’ailleurs que s’inscrit cette rencontre initiée par l’Alliance diaspora économie locale (Adel) au niveau de la grande salle de conférence du Conseil départemental de Saint-Louis.

Elle entrait dans le cadre de la mise en oeuvre du Projet Initiative pour l’Emergence de la diaspora et des investissements dans les territoires (Inedit) et qui est développé par l’Alliance diaspora économie locale. Ce projet a pour objectif de développer un mécanisme financier ciblant à la fois les Sénégalais vivant dans le pays et ceux des communautés de la diaspora vivant notamment en Afrique et en Europe, pour renforcer leur engagement dans le développement local.

“Un club d’investissement permet aux Sénégalais de pouvoir se constituer un portefeuille de valeurs mobilières, d’avoir des actifs et d’être connectés de plus en plus au marché financier. C’est pour cela qu’il faut aussi contribuer à l’éducation et aux mécanismes économiques et financiers des Sénégalais. Donc, cette première rencontre avait pour but de susciter l’intérêt au niveau de Saint-Louis et pouvoir les accompagner à mettre en place éventuellement leur propre dispositif cadre pour s’occuper de ces questions qui nous interpellent tous”, a dit Oumar Wade, Secrétaire général du Club investissements diaspora économie locale.

Aujourd’hui, le constat est que les niveaux n’étaient pas hétérogènes car bien qu’il y ait des gens qui commençaient déjà à avoir un accès à la bourse; des gens qui ont déjà eu à participer à certaines expériences au niveau international, il est aussi noté que la majorité n’avait aucune information sur la bourse et sur le marché financier. Et Oumar Wade d’insister sur la nécessité de développer le niveau d’éducation financière pour pouvoir aller vers l’émergence économique du Sénégal.

Source : Sud Quotidien

Dans la vie, il arrive un moment où on se pose un dilemme : Faut-il se résigner ou s’engager ?. Lorsque le désir de s’engager prend le dessus, vient évidemment, à l’esprit, la manière de le faire : s’en sortir seul dans une démarche isolée ou s’impliquer dans un projet collectif.

Chers internautes, nous sommes persuadés que l’Afrique n’est pas pauvre ! Dès lors, INITIATIVE ADEL souhaite porter un projet collectif, entrepris par des Africains, pour s’engager dans une aventure de développement de l’investissement productif sur les territoires. Avec une logique implacable d’assurer une promotion du développement économique local et la finance participative.

Le continent africain est considéré par plusieurs protagonistes sociaux comme le continent de l’avenir. C’est une conviction forte de dire que l’avenir commence aujourd’hui. Aussi voudrions-nous affirmer que l’Afrique sera ce que nous, Africains, en ferons. En prenant comme exemple, l’existence des opportunités présentes et futures, nous pouvons espérer, valablement que le développement est largement à notre portée. Certes, c’est un processus de révélation des ressources de toute nature. Mais nous devons à tout prix-mettre l’accent sur la valorisation des ressources pas ou faiblement exploitées. Comment alors les valoriser, sur place, tout en profitant de la globalisation ? Quelles ruptures engager pour stimuler le potentiel de croissance, de créativité et d’initiatives entrepreneuriales afin de satisfaire la forte aspiration des populations à un mieux-être ?

Ce sont ces interrogations qui fondent la vision et la mission d’INITIATIVE ADEL qui offre une alternative crédible aux modes de financement classiques des initiatives locales : le capital-investissement. Un procédé par lequel, un fonds d’investissement entre au capital d’une entreprise pour plusieurs années avant de revendre sa participation. Il répond à un besoin fort des territoires africains, à la fois, d’accéder à des capitaux à long terme et de bénéficier d’un accompagnement stratégique et opérationnel.

Chers internautes, notre positionnement est que nous devons créer davantage de richesses en vue de nous hisser au rang des continents les plus avancés. La compétitivité et l’attractivité de nos territoires sont des conditions essentielles à l’émergence des économies locales africaines. Mais seule l’épargne locale, l’éducation financière, notamment celle de la classe moyenne africaine, l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes et le partenariat public-privé dans une logique d’optimisation soutenue de nos ressources, sont les gages de notre croissance endogène.

Notre objectif est donc clair : Il s’agit d’impulser, à l’échelle locale, une nouvelle dynamique de partenariat entre L’État, les collectivités territoriales et le secteur privé au service de la création d’un tissu d’entreprises aptes à porter le développement économique local. En mettant en place les Clubs d’investissement diaspora –économies locales (CIDEL) ; INITIATIVE ADEL offre à la Diaspora africaine et aux résidents, disposant d’une capacité d’épargne, des opportunités d’apprentissage des mécanismes économique, financier et boursier. Sans occulter les opportunités d’investissement dans l’économie réelle, à travers des Petites et moyennes entreprises (PME)à fort potentiel de création d’emplois et de revenus sur nos territoires. Pour simplement dire : osons investir. Chers internautes, professionnellement vôtre !

GÉNÉRALITÉS
Les besoins d’interventions des collectivités territoriales dépassent actuellement les possibilités offertes par les systèmes classiques de financement. Le recours des collectivités territoriales au marché financier dans la zone UEMOA et la promotion de mécanismes alternatifs de financement sont inévitables. Il faut accompagner cette dynamique par la promotion de projets locaux pour construire et structurer les tissus économiques territoriaux.
Malgré les efforts de l’Etat et des collectivités territoriales, le financement du développement territorial sur ressources publiques et l’accès au crédit sont limités.
L’intervention des projets et programmes de la coopération au développement a permis le développement d’expériences pilotes de valorisation de chaines de valeur ainsi qu’un système financier décentralisé. La création d’entreprise se heurte au décalage entre les services financiers et les services non-financiers et à la faible capacité de formulation de projets des acteurs territoriaux.
L’émergence d’une classe moyenne au Sénégal présentant une capacité d’épargne en nette augmentation conjuguée à l’importation relative des transferts financiers de la diaspora concourt à la promotion de stratégies adaptées de canalisation des ressources financières disponibles vers des investissements productifs locaux.
Le secteur privé apparaît comme un nouveau partenaire dans le financement de l’investissement public local et un acteur important du développement économique territorial.
L’approche BRIDGE, lancée par UNCDF en novembre 2017 avec la ville de Malaga, ambitionne de mobiliser et valoriser la contribution de la diaspora africaine au développement local de leur pays d’origine en développant les instruments financiers appropriés.
Dans le cadre de la mise en oeuvre de cette approche, UNCDF et ADEL ont noué un partenariat pour la mise en oeuvre de l’INitiative de l’Emergence de la Diaspora et de l’Investissement dans les Territoires (INEDIT) « Sunu Gokh – Sunu Koom » pour une durée de dix (10) mois. INEDIT vise à créer un exemple démonstratif de la possibilité de mobiliser l’épargne nationale et les investissements de la diaspora pour les réinjecter dans des projets soutenant le développement local.

Quelle stratégie de gestion de notre patrimoine?

Connaitre son patrimoine est une chose, mais disposer d’une stratégie de gestion en est une autre. Pourquoi chercher à acquérir des biens si vous n’avez pas des objectifs clairs ? On n’accumule pas des biens matériels et financiers seulement pour le plaisir de les accumuler. La constitution d’un patrimoine notamment financier doit toujours répondre à un objectif clairement défini. Le délai consacré à l’investissement ou à l’immobilisation des liquidités doit être envisagé avec précision, d’autant qu’il conditionne parfois un traitement fiscale favorable.

Les placements peuvent ainsi viser à :

  • Procurer des revenus perçus régulièrement, permettant de compléter salaire et revenus d’activité ;
  • Procurer des revenus perçus ultérieurement, servant à compléter la pension de retraite ou à couvrir une dépendance, un éventuel problème de santé, ou l’avenir de sa famille ;
  • Etre capitalisés pour constituer à terme un capital, qui pourra servir d’apport pour un achat immobilier. Il peut servir également à financer des études ou une grosse acquisition, etc.

La définition d’une stratégie patrimoniale vous permet de vous projeter dans le temps et de définir avec précision vos objectifs sur le court, long, et le moyen terme. Elle repose sur ses 5 piliers fondamentaux:

  • Investissement et placements : investissements financiers, immobilier locatif, contrat d’assurance- vie, biens professionnels, etc.;
  • Fiscalité et juridique : situation familiale, régime matrimoniale, impôt ;
  • Retraite : épargne salariale,
  • Prévoyance : assurance décès, invalidité, arrêt de travail … ;
  • Transmission : libéralité et donation, démembrement, héritage

A chacune des étapes de votre vie, vous serez de près ou de loin concernés par ces sujets. La stratégie consiste pour vous à maintenir les différents équilibres entre ces cinq piliers tout en ne perdant pas de vues vos objectifs.