Ensemble pour investir dans nos territoires tel est l’objectif de l’ADEL (Alliance Diaspora – Économies locales) en partenariat avec INEDIT (Initiative de l’émergence de la Diaspora et de l’Investissement dans les Territoires) à travers le CIDEL réunis en séminaire d’information et de partage à Kaolack. Oumar Wade Coordonnateur du Groupe Initiative pour l’émergence de la diaspora et des investissements dans les territoires revient sur le sens de ce mécanisme de financement.

Les acteurs sensibilisés sur les opportunités et avantages des Clubs d’investissement.

Le relèvement du niveau d’éducation financière des populations est primordial pour pouvoir aller vers l’émergence économique du Sénégal. C’est la conviction du Secrétaire général du Club investissement diaspora économie locale, Oumar Wade qui prenait part, à Saint-Louis, à une rencontre d’échanges sur les opportunités de financement et d’investissement de l’Alliance diaspora économie locale (Adel).
L’un des objectifs d’un Club d’investissement diaspora économie locale, c’est de pouvoir mobiliser l’épargne, l’information et l’éducation financière dans le but de mieux gérer un portefeuille commun de valeurs mobilières. Et c’est dans ce sens d’ailleurs que s’inscrit cette rencontre initiée par l’Alliance diaspora économie locale (Adel) au niveau de la grande salle de conférence du Conseil départemental de Saint-Louis.

Elle entrait dans le cadre de la mise en oeuvre du Projet Initiative pour l’Emergence de la diaspora et des investissements dans les territoires (Inedit) et qui est développé par l’Alliance diaspora économie locale. Ce projet a pour objectif de développer un mécanisme financier ciblant à la fois les Sénégalais vivant dans le pays et ceux des communautés de la diaspora vivant notamment en Afrique et en Europe, pour renforcer leur engagement dans le développement local.

“Un club d’investissement permet aux Sénégalais de pouvoir se constituer un portefeuille de valeurs mobilières, d’avoir des actifs et d’être connectés de plus en plus au marché financier. C’est pour cela qu’il faut aussi contribuer à l’éducation et aux mécanismes économiques et financiers des Sénégalais. Donc, cette première rencontre avait pour but de susciter l’intérêt au niveau de Saint-Louis et pouvoir les accompagner à mettre en place éventuellement leur propre dispositif cadre pour s’occuper de ces questions qui nous interpellent tous”, a dit Oumar Wade, Secrétaire général du Club investissements diaspora économie locale.

Aujourd’hui, le constat est que les niveaux n’étaient pas hétérogènes car bien qu’il y ait des gens qui commençaient déjà à avoir un accès à la bourse; des gens qui ont déjà eu à participer à certaines expériences au niveau international, il est aussi noté que la majorité n’avait aucune information sur la bourse et sur le marché financier. Et Oumar Wade d’insister sur la nécessité de développer le niveau d’éducation financière pour pouvoir aller vers l’émergence économique du Sénégal.

Source : Sud Quotidien